Posted on

Journal du Docteur

Bien le bonjour ami lecteur !

L’article sur la Japan addict Z est fini et devrais sortir dans la semaine, il devrait également avoir un article sur Blue Period Tome 9 et La fille de la plage de Ino Asano qui sont des lectures de la semaine dernière et sur lesquels je voulais revenir en détails.

Sinon niveau lecture j’essaye d’accélérer un peu mon rythme pour essayer de lire des grand format cet été, donc attendez-vous à beaucoup de séries dans les prochains rendez-vous. Cette semaine on parle de 22-26 le dernier One-shot de Fujimoto, du tome 11 de Hitman les coulisses du manga qui parle de la vision des artistes dans les autres pays que le japon. Mushoku Tensei qui fait enfin évoluer la relation entre 2 personnages. Togen Anki tome 3 qui s’améliorent par rapport à ces 2 premiers tomes. So i’m a spider so what tome 10 qui reste de la merde mais on achète parce que voilà. Vigilante my hero academia qui arrive à sa conclusion. Et Kaiju N°8 tome 5…. Bonne lecture.

Ce que j’ai lu la semaine dernière

  • 22-26 – One-shot :

Second récit d’histoire courte de Fujimoto, avec encore 4 histoires qu’il a écrit à différents moments de sa vie. : « La Rhapsodie des sirènes » , « Le syndrome de métamorphose en fille au réveil », « La prophétie de Nayuta » et « La grande sœur de la petite sœur » .

Globalement ça reste du même niveau que son premier recueil d’histoire, je vais d’ailleurs reprendre un message que j’ai vue passé sur Twitter à ce sujet, mais on ressent peu cette « évolution » de l’auteur au fils des histoires. Bien sûr qu’il y a du mieux entre la première histoire de 17-21 et la dernière de 22-26, mais concrètement si on m’aurait dit qu’il avait écrit tout ça lors d’une même année je n’y aurais vue que du feu.

Pour parler des différentes histoires de ce volume, on voit bien que Fujimoto aborde des thématique clair en un minimum de page. Comme le Syndrome de la métamorphose en fille au réveil, qui traître de l’identité des genre et du fait que certains hommes sont aussi sensibles que des femmes, ou que des femmes sois aussi forte de caractère que certains hommes. Mais on a encore du mal à retrouver ce côté dérangeant et si particulier qui fait le charme de ses œuvres ressente. Mise à part bien sûr pour La prophétie de Nayuta qui est pour moi la meilleure histoire de ce recueil, en un minimum de page, Fujimoto nous raconte une croyance populaire en rapport avec la fin du monde, et comment un frère essaye de donner une vie « normale » à sa sœur, je ne vous en dirais pas plus pour vous garder la surprise, mais ça reste de loin l’histoire avec le message le plus fort.

fujimoto tatsuki tanhenshuu 22 26
  • Hitman les coulisses du manga – Tome 11 :

Kenzaki essaye de recruter cette jeune auteure française dans son magazine. C’est un bon moyen pour voir comment sont vue les auteurs étrangers (et surtout français) dans le Japon, mais aussi à travers le monde. La mentalité est vraiment différente entre les pays, la ou au japon il est normal de vivre des manga, en France ce sont encore quelques choses de difficile à imaginé aux vues de notre éducation où l’on recherche plutôt une situation financière stable. On apprend aussi un peu comment ça se passe quand un jeune auteur étranger débarque afin d’habiter dans la capital pour devenir auteur (choses vraiment très rares). 

Mais suite au recrutement de Jeanne, Kenzaki va devoir faire face à un autre souci, il a maintenant beaucoup d’auteurs à sa charge. Il se retrouve donc maintenant débordé et va devoir faire un choix s’il veut continuer à travailler sans se ruiner la santé. C’est quelque chose de très ancré dans la culture japonaise, ou il n’est pas rare de voir des salariées effectuer beaucoup d’heures supplémentaire dans leur travail.

Maintenant j’ai hâte de voir comment ça va évoluer, le mieux serais que Kenzaki délègue certaines taches à son assistante afin de gagner du temps pour gérer au mieux ses auteurs. On sent qu’on se rapproche petit à petit de la fin, la série à sûrement encore quelques petits choses à nous apprendre sur le monde de l’édition, mais les rouages sont doucement en train d’atteindre leur point culminent. 

hitman tome 11
  • Mushoku Tensei – Tome 16 :

Tome centré exclusivement sur la révélation de l’identité de Fritz à Rudeus ainsi que le début de leur relation. C’est envie de dire ce n’est pas trop tôt, l’idée pour que Rudeus découvre l’identité de Fritz est plutôt bonne en sois (lui faire se souvenir d’un événement marquant de leur passé) mais peut-être pas raconté de la meilleure des façons car on a l’impression que Rudy devient idiot devant la situation.

L’impuissance qu’il subit actuellement est aussi habillement traité et la mise en scène avec le départ d’Eris et le fait qu’elle est couper ses cheveux rend la scène plus impactant que juste un bête flash-back. J’ai hâte de voir maintenant comment va évoluer leur relation, et si Fritz va également révéler son identité aux autres personnages.

mushoku tensei tome 16
  • Togen Anki – Tome 3 :

Ce tome de Togen Anki s’améliore un peu par rapport aux 2 premiers. Le tome et la bataille sont complétement à l’avantage des Momotaro qui s’en donne à cœur joie pour exterminer les Oni. Le titre n’usurpe pas son titre de série sanglante car des morts il va y en avoir. Ça me fait cependant quand même chier de continuer la série vue tout ce que j’ai encore à lire.

togen anki tome 3
  • So i’m a spider so what – Tome 10 :

Alors ce tome est un peu bizarre, on se concentre sur l’affrontement contre la maman de notre araignée et sur une bonne partie de sa ville à l’extérieur du donjon ou elle sauve une autre réincarnée et devient le messie d’une ville. Une partie assez longue et bien rythmée dans l’animé, mais ici j’ai l’impression que ça a été fait assez vite et on a du mal à comprendre réellement certains points du scénario ou les actions de personnages sans avoir vu l’animé. Par exemple l’émissaire qui arrive et commence à insulter l’araignée sans raison, dans l’animé on nous apprenait que c’était la personne à qui appartenais le château qui protégeait la porte d’entrée du donjon que Kumoko à détruite en sortant, mais dans le manga on nous le présente comme un noble random qui viens juste insulter une araignée (WTF).

Clairement l’adaptation en manga est naze, je continue juste pour les histoires bonus en fin de tome, et pour soutenir l’œuvre parce que j’ai adoré l’animé.

so i m a spider so what tome 10
  • Vigilante my hero academia – Tome 13 :

En plein cœur de l’arc final, numéro 6 a mis son plan à exécution et instaure petit à petit la peur auprès des civils mais aussi des héros. Héros qui collabore avec la police afin que tout le monde reste calme mais aussi d’arrêter les différents vilains qui s’en prennent à eux. On a aussi le droit à l’affrontement entre The Crawler et Numéro 6, ou notre héros va avec son courage dépassé ses limites pour tirée le meilleur de ses pouvoirs de glisses. J’ai beaucoup aimé le petit parallèle avec ces débuts et voir l’évolution qu’il a eue jusqu’à là, aussi bien du côté héroïque que de sa personne. En bref, ça reste maîtriser et j’espère juste que cette fin de série ne va pas trop durée en longueur. 

vigilante my hero academia illegals tome 13
  • Kaiju N°8 – Tome 5 :

Blablabla Kaiju Blablabla Kafka est vieux blablabla on nous présente le mec le plus fort (celui sur la couverture) mais c’est un gros gamer.

kaiju n 8 tome 5

Et vous qu’avez-vous lu la semaine dernière ? Et qu’avez-vous prévu de lire cette semaine ?

N’hésitez pas à me le dire en commentaire.

4 Replies to “Journal du Docteur #64”

  1. J’avais lu les premiers tomes de So I’m a Spider et je trouvais ça très sympa, mais si tu dis que l’adaptation en manga est naze, c’est que l’anime doit être vraiment bon en comparaison !

    En dehors de ça, toujours pas acheté les textes sacrés de Fujimoto, honte sur moi !
    Mais actuellement j’ai plein d’autres trucs sur le feu, donc je ne me presse pas. Et comme j’ai repris la relecture de Berserk et que j’ai des suites en pagaille à acheter, ce sera encore pour plus tard je pense. Ce qui n’est pas bien grave.

    Excellente semaine à toi.

    1. Le début de So I’m a Spider est plutôt cool, mais par la suite sa saute trop de détails tout en laissant de côté le développement de l’univers en se concentrant uniquement sur le fait que l’araignée doit devenir de plus en plus cheater. Je pense que le jeu des doubleurs à pas mal aider pour mon appréciation de l’animé.

      Tu n’es donc pas digne d’appartenir à la religion Fujimoto, :o. Mais j’attend quand même avec impatience ton avis sur ces premières œuvres.

      Passe une bonne semaine également et bonne relecture pour Berserk.

      1. Je vois ce que tu veux dire pour l’araignée, j’avais justement arrêté car je sentais que ça pouvait devenir lassant à trop se focaliser sur sa montée en XP.

        Je saurai me rattraper concernant Fujimoto notre maître !

        1. Le Light Novel fait à peu près un chapitre sur deux avec l’araignée et l’autre avec Shun (les chapitres avec Kumoko sont 2 à trois fois plus longs par contre dans les premiers tomes). Ce qui permet à la fois de donner des perspectives sur l’histoire qui se développe et d’avoir deux phases différentes à suivre.

          Le manga est sympa à lire jusqu’au combat contre Mother (qui est beaucoup trop long dans le manga d’ailleurs mais bon XD ), après ça se casse très vite la gueule à cause du manque de développement de l’univers. Et c’est dommage, parce qu’outre Kumoko, l’univers est la force de l’oeuvre.

Laisser un commentaire